Beaucoup de personnes sont étonnés que je ne fasse rien des photos que je peux prendre.

J'aime prendre des photos, mais je déteste retoucher, recadrer, redimensionner ou même trier ces dernières.

Ce que j'aime, c'est prendre la photo. Ce moment où l'on regarde le monde à travers ce petit viseur qui devient notre seul champ visuel, où l'on retient sa respiration afin d'éviter le flou de bougé, où l'on appui sur le déclencheur en espérant que la photo sera aussi belle que ce que l'on voit.
C'est cet instant apnéique d'isolement où l'on voit le monde tel qu'il l'est sans l'être. Cet instant où l'on arrête le temps le temps d'un instant.

Et une fois la photo prise, le temps reprend son cours normal. L'instant est passé. Si la photo est raté, tant pis, car il est impossible de recréer cet instant qui n'existe plus. Si la photo est réussie, tant mieux, mais cet instant n'existe plus pour autant.